Valérie de Sutter : la fondatrice de JNPR nous dit tout

Par Concha Hierro
Valérie de Sutter

Valérie Sutter
Valérie Sutter, fondatrice de JNPR

À l’occasion de la Journée Internationale des droits des Femmes, Valérie de Sutter a, cette année encore, accepté de discuter avec nous ; une femme entrepreneuse du monde de la gastronomie liquide, grâce à des créations de spiritueux sans alcool. Elle se cache notamment derrière BTTR, l’innovation de l’année, élue durant le « bar des innos 2021 » au Drinks&Co store. En tant que fondatrice de la marque française de spiritueux sans alcool JNPR, son projet nous inspire ; pas seulement parce qu’il s’agit d’une femme, mais car il offre des options qui étaient inexistantes, uniques et dignes d’intérêt dans un monde qui reste encore très masculin. Voilà pourquoi nous profitons de ce 8 mars pour vous raconter son histoire.

Pour quelles raisons avez-vous laissé le monde de la politique de côté pour fonder votre propre entreprise de spiritueux sans alcool ?

J’avais très envie de me lancer dans mon propre projet, de partir à l’aventure, de construire quelque chose de zéro. J’ai simplement trouvé qu’il manquait des options pour l’apéritif ou pour ces soirées où l’on n’a pas envie de consommer d’alcool, mais bien de partager un moment de convivialité. Je ne trouvais pas d’alternatives satisfaisantes, surtout car la plupart du temps, elles étaient trop sucrées. Une nouveauté dans cette catégorie : il y a toujours eu des boissons sans alcool, bien sûr, mais l’offre n’était pas adéquate pour un apéritif ou un repas entre amis. Je voulais offrir quelque chose de différent et montrer que la distillation sans alcool d’épices et de produits botaniques de qualité était un segment encore inexploité avec de nombreuses possibilités.

Quelle différence existe-t-il entre JNPR et d’autres marques de boissons alcooliques sans alcool ?

Il s’agit de spiritueux sans alcool élaborés en France, sans sucre et avec 0,0 % d’alcool. Nous ne les désalcoolisons pas et ils sont sans résidus. Nous nous sommes aussi fait une place dans le segment premium.

Quelle est la croissance de cette catégorie de boissons en France et quel avenir lui prévoyez-vous ?

Nous avons connu une forte croissance depuis notre lancement il y a deux ans. Au-delà des femmes enceintes ou des personnes qui, pour des raisons personnelles ou médicales, ne peuvent pas boire d’alcool, nous observons une tendance à la modération. La plupart de nos clients boivent JNPR en milieu de semaine pour profiter du moment de l’apéritif tout en prenant soin d’eux, mais continuent de boire des cocktails « traditionnels » le week-end, par exemple.

Quels sont les défis auxquels vous faites face dans votre quotidien en tant qu’entrepreneuse ?

J’ai trois enfants et JNPR est un projet qui me fascine, bien qu’il me requière beaucoup d’énergie, tout en m’obligeant à voyager assez souvent. Ce n’est pas toujours facile de gérer tout cela au quotidien, mais comme toutes les mamans, je tâche de donner le meilleur de moi-même dans mes différents rôles. Je crois sincèrement qu’il y a très peu de femmes entrepreneuses et j’espère que la situation changera rapidement.

Cette interview a été traduite par Chloé Coussot.

Articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire