Étiquette : vin rouge

Comment préparer un bon plateau de fromages

Le vin et le fromage sont deux compagnons inséparables.

Comment préparer un bon plateau de fromages

Il suffit d’avoir une bonne variété de fromages de différentes textures et de différents degrés de maturation, et de les consommer dans le bon ordre afin de ne pas masquer les saveurs. La France étant le pays du fromage, vous disposez d’une infinie variété de goûts provenant de différentes régions avec lesquels vous pouvez préparer une table très gourmande de fromages nationaux.

Il faut d’abord commencer par un fromage à pâte molle, comme un fromage frais, un cottage, ou un fromage de brebis tendre comme une brique, pour ensuite monter progressivement en intensité.

On peut continuer avec des fromages à pâte molle et à saveur douce, comme un Caprice des Dieux, un petit Banon au lait de chèvre ou encore un délicieux brie doux, ce célèbre fromage issu de la région de Brie en Seine-et-Marne.

Pour votre plateau gourmand, vous pouvez par exemple vous concentrer sur les fromages d’une seule région, ou en combiner plusieurs en créant un voyage gastronomique avec des mets de différentes régions, comme le camembert de Normandie, le reblochon de Haute-Savoie, le Livarot du Pays d’Auge ou encore l’Epoisses de Bourgogne. Vous ne devez pas non plus passer à côté du célèbre Mont d’Or, ce fromage uniquement produit dans le Haut-Doubs, apprécié pour ses arômes boisés.

Nous relevons ainsi la saveur du fromage jusqu’à atteindre les plus affinés et les plus forts d’entre eux, comme le Cachat du Mont Ventoux, pour finir avec du fromage bleu, comme le Bouton de Culotte, le renommé Roquefort ou le Bleu d’Auvergne qui ne devrait jamais manquer dans un bon plateau de fromage. Quant aux plus téméraires d’entre vous, essayez donc le fameux Maroilles, un met atypique au parfum particulièrement puissant mais au goût étonnamment doux.

Aujourd'hui est la journée nationale du fromage - Uvinum

En conclusion, il  suffit de prendre soin de quelques détails, comme par exemple toujours servir un bon pain, aussi artisanal que possible, qui servira de base et d’accompagnement à nos fromages. C’est aussi un très bon choix d’accompagner votre planche avec des noix et des fruits frais, comme le raisin, qui nettoieront votre palais entre les différents fromages et donneront une note de fraîcheur.

Le tout accompagné de vins, des blancs plus frais pour les fromages les plus tendres, des rouges plus intenses pour les fromages affinés.

5 vins pour célébrer la gaufre

5 vins pour célébrer la gaufreAujourd’hui, c’est la journée internationale de la gaufre ! Que vous le croyez ou non, il y a bien un jour par an dédié à ce met succulent. On le doit étrangement aux Suédois qui sont apparemment très friand de cette sucrerie belge. Ils ont instauré le Jour de la Gaufre pour célébrer le début du printemps – mais nous savons tous que ce n’est qu’un prétexte pour se goinfrer !

Alors, comment honorons-nous la gaufre comme il se doit ? Avec du vin bien sûr !

1. Banyuls Blanc Cuvée Perrot

Les gaufres, c’est en général sucré, ce n’est pas une grande nouvelle. Mieux vaut donc miser sur un vin blanc léger et frais, ce serait dommage de vous donner la nausée avec tout ce sucre. Le Banyuls Blanc Cuvée Perrot de 2017 vous procurera des saveurs tout en douceur et légèreté. Le parfait mariage avec les gaufres parfois très (trop) lourdes.

2. Domaine Maubert Floc de Gascogne Blanc

Ce vin de liqueur constitue un accord classique avec les gaufres. Et on comprend pourquoi : avec sa haute teneur en alcool (16,5% !) et ses cépages de Colombard Blanc, de Gros Manseng Blanc et d’Ugni Blanc, il allie profondeur, richesse et intensité. Avec ce vin puissant, on vous conseille des gaufres plutôt légères : allez-y doucement avec le chocolat et la confiture !

3. Coteaux du Layon St. Lambert

Il y a ceux qui ont peur du sucré et qui préfèrent le contraste plutôt que le mariage passionné, puis il y a ceux qui n’ont pas froid aux yeux. Si vous êtes de ces derniers, accompagnez donc vos gaufres avec un délicieux Coteaux du Layon. Produit dans le Domaine Sauveroy à partir des meilleures grappes du millésime 2015, il ne déçoit jamais. Les amateurs de vin moelleux seront conquis, et vos gaufres aussi.

4. Théo Cattin Prestige Riesling Alsace Gypsgrube

Pour ceux qui se sentent l’âme plus germanique, il y a ce Riesling d’Alsace. C’est dans la cave de Théo Cattin qu’est produit ce breuvage. Ses fines bulles se marient parfaitement avec la pâte à gaufre… surtout si celle-ci est tartinée de confiture ou de véritables fruits frais. Des fraises, des bananes ou des pommes coupées en rondelles…

5. Famille Perrin Cairanne Cotes du Rhone Villages la Peyre Blanche

Amateurs de rouge rassurez-vous, on ne vous oublie pas. Surtout avec un délicieux Côtes du Rhône Villages ! Famille Perrin a créé ce vin de 13,5º d’alcool avec des raisins de 2013. Ses saveurs souples mais corsées accompagnent étrangement bien les gaufres.

Quel vin servir avec ces produits du printemps

Quel vin servir avec ces produits du printempsÇa y est, le printemps est là ! Vous pouvez (presque) ranger vos gants, écharpes et machines à raclette au placard. Comme la neige qui fond sur les petits bourgeons, on fait place en cuisine à des produits plus frais et plus sains. Mais nos bouteilles de vin, elles, restent bien là toute l’année. Alors, comment réaliser les meilleurs mariages avec les produits du printemps ?

Les fruits

Qui dit printemps, dit fruits bien sûr ! Vous les attendiez avec impatience (ou non), les voici enfin. Pommes, bananes, avocats, oranges, puis fraises en mai, melon, pêches et cerises… Il y en a de toutes les couleurs et pour tous les goûts.

Pour en profiter au maximum, rien de tel que de sortir la nappe de picnic, se poser dans l’herbe, avec une petite bouteille de vin… Mais quel vin ? Un mot d’ordre : du blanc ! Pour savourer au mieux vos fruits frais, mieux vaut miser sur un vin frais également, assez doux. Vous pouvez donc choisir un Grand Roussillon blanc, un Vin de Pays d’Oc Chardonnay ou encore un Muscat, comme celui de Mireval ou de Lunel par exemple.

Les légumes

Le printemps fait également la part belle aux légumes. Asperges, artichauts, épinards, fèves, radis, pois, carottes, oignons… Tout ce petit monde se bouscule en cuisine. Pour bien choisir le vin correspondant, tout dépendra du type de légumes et de la façon dont vous les cuisinez.

Avec les crudités par exemple, préférez un blanc frais, fruité, avec une belle acidité. Vous pouvez tenter un Alsace Riesling blanc, un Muscadet ou un Sylvaner. Avec les légumes verts, les goûts s’élargissent et les options aussi. Pour les asperges vertes, choisissez un Muscat sec alsacien ou un Condrieu. Avec les blanches en revanche, privilégiez un Riesling sec ou un Vouvray. Quant aux épinards, haricots et pois, allez-y avec des blancs de Provence secs.

Si vous cuisinez des légumes grillés, n’hésitez pas à sortir le rosé, synonyme de printemps : un Brulhois, un Corbières, un Côtes du Rhône… Quant au gratin de légumes, il se mariera à merveille avec un Coteaux de Die, un Bordeaux blanc ou un Vin de Savoie rouge.

Le vin avec les produits du printemps

Les poissons

Au printemps, la langoustine, le maquereau, la lotte, le merlu et la sole sont mises à l’honneur sur la table. Avec la langoustine, on préférera encore une fois un vin blanc sec : un Saint-Chinian blanc, un Musigny, un Vougeot ou un excellent Pouilly-Fumé. Avec le maquereau, on fera confiance aux blancs d’Alsace, ou pourquoi pas un Champagne brut et un Crémant de Bourgogne pour un peu de fantaisie. Enfin, la sole se déguste avec des blancs fins et délicats comme un Montlouis, un Meursault ou un Puligny Montrachet, surtout si le poisson est en sauce.

Les viandes

Le printemps offre une large gamme de viandes, du veau au porc, en passant par l’incontournable agneau de Pâques sans bien sûr oublier le lapin. Chacun a sa saveur propre, et donc son vin qui lui correspond.

Avec le lapin, l’accord classique reste celui du vin blanc, comme un Rully ou un Mercurey, tous deux de Bourgogne. Si la viande est accompagnée d’une sauce plus intense, vous pouvez sortir des sentiers battus avec un rouge épicé, comme un Crozes-Hermitage.

Pour savourer l’agneau, on s’en tiendra au traditionnel rouge de Pauillac ou un Châteauneuf du Pape rouge.

Que boire avec vos macarons ?

Une journée entièrement dédiée au macaron ne devrait pas être ignorée. Ça tombe bien, c’est aujourd’hui la journée internationale du macaron ! Et quoi de mieux pour célébrer cette date que de vous faire découvrir les meilleurs vins pour accompagner ces petites douceurs merveilleuses ?

Que boire avec vos macarons ? - journée internationale du macaron

Le thé, à l’ancienne

Pour ceux d’entre vous qui préfèrent l’abstinence, sachez que vous pouvez marier parfaitement les macarons avec le thé. D’origine arabe, le macaron se marie traditionnellement avec cette boisson chaude réconfortante. Pensez par exemple à un thé vert pour les macarons fruités et à un thé blanc pour les plus subtils aux saveurs florales. Quant aux macarons classiques, plus sucrés, n’importe quel thé fera l’affaire.

Si vous préférez le café au thé, bonne nouvelle : l’association fonctionne aussi !

Le champagne, classique

Si votre choix se porte plutôt sur une boisson alcoolisée, la meilleure association reste celle du champagne. Evitez les champagnes bruts qui contrastent avec la douceur du macaron et vous conféreront un arrière-goût amer. Préférez donc des champagnes demi-secs ou doux. Vous pouvez aussi faire confiance à Pierre Hermé, chef pâtissier et chocolatier français, qui recommande la cuvée Lady Rosé, particulièrement sucrée.

Des vins en douceur

Si n’êtes pas très fan des bulles, nous vous conseillons alors des vins doux ou moelleux, comme un Coteau du Layon Beaulieu-sur-Layon, un Muscat ou un Rasteau blanc. La douceur de ces vins se mariera parfaitement avec celle de vos macarons.

Le rouge, toujours

Enfin, si vous êtes plutôt adepte du rouge, vous pouvez opter pour un Banyuls très doux ou un Porto Tawny rouge qui accompagne souvent les desserts. Si vous aimez les macarons au chocolat, vous serez comblé !

 

5 grands vins conçus par des femmes

Le monde du vin a toujours été traditionnellement dominé par les hommes. Il intègre cependant, petit à petit (un peu trop d’ailleurs), des noms de femmes. À l’occasion du 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes, et pour rendre visible l’excellent travail des femmes dans ce secteur, nous vous partageons aujourd’hui 5 vins produits par des femmes.

8 Mars: 5 grands vins conçus par des femmes - Uvinum

 TAGS:Domaine Gramenon la Papesse 2017

Domaine Gramenon la Papesse 2017

Ce vin issu de vignes de Grenache possède des arômes puissants de fruits tout en finesse et raffinement. Il est conçu par Michèle Aubéry-Laurent dans le Domaine Gramenon, propriété des époux Laurent depuis 1978. Lorsque son mari Philippe décède accidentellement en 1999, elle reprend la suite du vignoble et y élabore aujourd’hui des vins naturels d’exception.

 TAGS:Domaine Anne Gros Haute Cote de Nuits Cuvee Marine 2015

Domaine Anne Gros Haute Cote de Nuits Cuvee Marine 2015

Avec des arômes d’agrumes, de fruits exotiques et une robe aux reflets oscillant entre le jaune et le vert, ce vin provient de raisins de la variété Chardonnay. Il est élaboré par Anne-Françoise Gros, vigneronne en charge du Domaine Anne lorsqu’elle succède à son père en 1988. Le vignoble s’étend sur 6,5 hectares répartis sur pas moins de neuf appellations.

 

 TAGS:Paul Jaboulet Aîné Côtes Du Rhône Secret de Famille 2016

Paul Jaboulet Aîné Côtes Du Rhône Secret de Famille 2016

Ce vin possède des arômes de cerises, de mûres et framboises, de cannelle et de poivre. Il est produit par la Maison Paul Jaboulet Aîné, créée en 1834 et située dans la petite ville de La Roche-de-Glun dans la Drôme. Caroline Frey, la propriétaire du domaine, élabore ses vins avec passion et conviction, militant pour une viticulture douce. Le vignoble est d’ailleurs en conversion officielle vers l’Agriculture Biologique depuis 2013 et obtient diverses certifications pour son engagement vers une minimisation de son impact environnemental.

 TAGS:Vaquer l'Extrait

Vaquer l’Extrait

C’est le Domaine Vaquer qui a créé ce Vaquer l’Extrait, un vin de Grenache fortifié de l’appellation Rivesaltes. Produit dans le Languedoc-Roussillon, nous retrouvons Frédérique Vaquer à la tête du Domaine. C’est son mari Bernard, également oenologue de formation, qui succède à son père avant de rencontrer sa future épouse en 1985. Aujourd’hui, elle dirige le domaine avec la volonté de mettre en lumière des fruits frais et des vins naturels.

 

 TAGS:Domaine Elodie Balme Côtes-du-Rhône Villages Roaix Champs Libres 2017

Domaine Elodie Balme Côtes-du-Rhône Villages Roaix Champs Libres 2017

Ce vin est conçu par le Domaine Élodie Balme, une des étoiles montantes de la Vallée du Rhône depuis sa création en 2006. La jeune et fougueuse vigneronne s’appuie sur des vins naturels dans la tradition, tout en y apportant sa signature personnelle. Ses deux maîtres mots : respect de la nature et du terroir, pour élaborer des vins avec finesse et élégance. Le vin, elle l’a dans le sang : elle tient cette passion de son grand-père Maurice Charavin, lui-même vigneron à son époque.

Comment la boisson nuit-elle à votre peau ?

Lorsque nous parlons de vin et de soin de la peau, certainement qu’il nous vient en mémoire les polyphénols du raisin qui sont réellement antioxydants et soignent  notre peau en général pour la rajeunir. Toutefois, les boissons peuvent avoir des effets quelque peu négatifs si l’on ne boit pas modérément, à commencer par la déshydratation qui touche l’organisme et aussi la peau. Voici comment la boisson nuit à votre peau.

Les effets de la boisson sur la peau

D’après la revue Wine Spectator, certaines boissons, comme le vin, déshydratent le corps et la peau. C’est pour cela que si on en abuse, la peau à l’air plus ridée et plus sèche. C’est parce que l’alcool est un vasodilatateur  ce qui veut dire que vos vaisseaux sanguins se gonflent lorsque vous buvez. Cela, associé à la rétention d’eau due à la déshydratation, peut provoquer  le gonflement de certaines zones du corps.

De toutes manières, il est établit que si l’on boit avec modération, il n’est pas fréquent de voir beaucoup d’effets secondaires sur la peau et en particulier ceux des personnes saines: les personnes qui boivent suffisamment d’eau tous les jours, mangent convenablement, font du sport….

Boissons distillées

Une majorité des boissons distillées telles que le rhum, la tequila ou la vodka ont tendance à réduite le niveau d’oxygène dans le sang et cela peut déséquilibrer la production de collagène dans la peau. Résultat, la peau est sans éclat et quelque peu éteinte.

De même, la consommation d’alcool augmente les boutons et  points noirs de la peau et provoque sécheresse car il réduit la quantité de sang oxygéné dans les veines. Ajouter à cela les gonflements dus à une consommation élevée d’alcool qui augmente le sucre et retient les liquides. Donc, boire modérément est la clé pour éviter que votre peau en pâtisse.

Bière et peau

Tout ce qui se boit en excès a des effets négatifs sur l’organisme. La bière contient du sel et peut ne pas être aussi bénéfique que l’on croit pour le corps. D’autre part, si elle est consommée avec modération, elle offre douceur et hydratation au visage, au corps et aux cheveux, en les fortifiants. De fait, il y a des masques à base de bière et des stations thermales proposant des traitements avec cette boisson qui ont beaucoup de succès.

Les polyphénols du vin rouge

Comme nous l’annoncions au début de l’article, le vin rouge possède des propriétés anti-âge, en grande partie grâce au resvératrol, le polyphénol qui se trouve dans la peau du raisin. Le resvératrol est connu pour la capacité à combattre les radicaux libres, ces molécules instables produit de choses telles que la contamination et les attaques du soleil.

Le resvératrol peut combattre le stress oxydatif  et limiter le mal qu’il fait au corps. Si un verre de vin par jour ne va pas contrecarrer le processus de vieillissement naturel du corps en soi, il peut y contribuer lorsqu’il est associé à une hygiène de vie saine.

 

D’où vient le vin ?

La Russie est le berceau de la vodka. Le Mexique est celui de la téquila. Cuba, celui du rhum. L’Ecosse, celui du whisky. Mais…d’où vient le vin? L’attribution est incertaine et n’est pas exempte de querelles politiques. Cependant, l’apparition du vin n’est pas un fait que l’on peut isoler dans l’histoire, tout au contraire : il est indissociable de l’évolution historique de l’agriculture et de la gastronomie.

L’histoire du vin naît à l’époque néolithique

Tout porte à croire que le vin est né à l’époque néolithique (l’âge de pierre). Les premiers vestiges de ce qui pourrait être du vin furent trouvés dans les Monts Zagros (dans la région aujourd’hui occupée par l’Arménie, la Géorgie et l’Iran) et concrètement dans le village néolithique Hajji Firuz Tepe.

C’est dans ce peuplement que fut trouvée, pour la première fois, une vaisselle datant de 5400 av. J.‑C. qui contenait de l’acide tartrique, que l’on retrouve dans la peau des raisins, ce qui semble indiquer qu’elle aurait contenu du vin. De plus, ce vin provenait de la variété vitis vinifera sylvestris.

L’émergence de routes commerciales

Avec la progression, la conversion des sociétés nomades en sociétés sédentaires, la maîtrise des techniques agricoles évoluèrent et de nouveaux métiers apparurent et avec eux l’échange de marchandises et le commerce. Et avec le commerce, le développement du vin depuis l’Europe orientale vers l’Inde et la Chine.

Le vin dans l’Égypte ancienne

On a retrouvé des représentations picturales datant du règne d’Oudimou, cinquième souverain de la 1ére dynastie d’Égypte (entre 2914 et 2867 av. J.-C.), qui montraient des égyptiens vendangeant. Au début le vin, qui pouvait aussi provenir du jus de grenades, était utilisé lors de cérémonies religieuse et était appelé shedeh. Bien que le vin fût quelque peu réservé aux classes nobles et au clergé, lors des périodes de fêtes, les égyptiens des classes populaires y avaient également accès.

Pour ce qui est de sa préservation, le vin était conservé dans des amphores scellées. Certaines d’entre elles firent même partie du trousseau funéraire de pharaons, tels que celui de Toutankhamon,  dans lequel on retrouvât trente grandes jarres de vin.

Dans l’Égypte ancienne le vin servait également à laver les corps avant et après les avoir vidé lors du processus de momification.

De l’Égypte à la Grèce

Étant donnée la proximité géographique de la Crète et de l’Égypte et de la Phénicie par rapport à la péninsule grecque, tout porte à croire que le vin est arrivé au berceau de la civilisation moderne par l’île mythique de la méditerranée orientale.

Vers 700 av. J.-C., le vin était une boisson habituelle et atteignait des cotes de popularité si importantes qu’on lui assignât même un dieu: Dionysos. Il était habituel de le boire mélangé à de l’eau car c’était du vin d’un degré alcoolique élevé et il ne se buvait pur que dans des rites et célébrations religieuses.

La culture de la vigne s’est étendue de la main de la culture grecque aux pays méditerranéens. Et c’est de la Grèce ancienne que vient le premier document sur le vin. Intitulé Les travaux et les jours, par le poète grec Hésiode (VIIIe siècle av. J.-C.) décrit la récolte et le pressurage des raisins, comment était consommé le vin –avec de l’eau- et sa conservation –dans des peaux de chèvre-.

Le vin et l’Empire romain

Vers l’an 200 av. J.-C. le vin arrive à la péninsule italienne et même les terres du Sud commencèrent à être appelées Oenotria (terre du raisin), étant donnée la facilité avec laquelle la vigne y était cultivée. L’Empire romain eut un rôle fondamental dans la divulgation du vin et la propagation de la culture de la vigne en Europe, parvenant même à planter des vignes dans des latitudes comme la Normandie, la Flandres ou les ays baltiques. C’est, pour ainsi dire, une époque de splendeur du vin à laquelle nous devons entre autres, la technique du greffage dans les ceps des vignes.

Les romains commencèrent eux aussi à utiliser des cuves en bois pour conserver et transporter le vin, méthode qui provenait du nord de l’Europe pour conserver d’autres boissons.

Avec la chute de l’empire romain, ce furent les moines chrétiens qui prirent le relais et, au Moyen-Âge continuèrent à cultiver la vigne pour obtenir des vins destinés à la consécration de la messe.

Le vin dans le Nouveau monde

L’introduction de la vigne et du vin dans ce que nous appelons le Nouveau monde s’est fait avec les jésuites et les conquérants. Il fallait garantir l’approvisionnement en vin des offices religieux et c’est ainsi que petit à petit on apporta et planta des vignes. Ce processus fut accéléré avec les porte-greffes. En moins de 100 ans, au cours du XVIème siècle, le vin arriva au Mexique et en Basse-Californie pour atteindre le Pérou, le Chili et l’Argentine.

Plus d’histoire et de curiosités sur le vin

Dans le blog d’Uvinum, nous aimons écrire et apprendre sur le vin et le faire connaître. Si vous souhaitez lire d’autres articles sur l’histoire et les curiosités du vin, voici quelques liens qui vous intéresseront sûrement. Santé !

 

5 tendances en consommation de vin pour la fin de la décennie

Il ne reste plus que deux années avant  2020 et le début d’une nouvelle décennie. C’est pour cela que les connaisseurs établissent leurs tendances en vin pour la fin de la décennie. Le rapport  “Wine Trade Monitor 2018”, réalisé par Sopexa, à partir des réponses de professionnels, mentionne différents aspects comme quels sont les vins les plus appréciés et quels formats sont les préférés des consommateurs, entre autres.

1. Les vins français sont toujours les plus appréciés

Pas de surprise dans ce chapitre. S’il est vrai que d’autres vins de divers endroits ont gagné des places, neuf  professionnels consultés sur dix considèrent que les vins français restent indispensables. Ceux en provenance du Chili, d’Australie et des États-Unis montent en grade.

2. Conditionnement et format

D’après l’étude, les pays asiatiques ont une prédilection toute spéciale pour le vin mis en bouteille, et 66% des opérateurs de la zone prévoient un plus grand essor des bouteilles de petit volume et autres petits formats. Les conditionnements et étiquettes « intelligentes » et interactives sont accueillis favorablement dans les pays asiatiques, alors qu’ils le sont moins dans les pays occidentaux.

3. Essor des vins écologiques

Pour la première fois, les vins écologiques se positionnent entre les trois premières places des catégories les plus prometteuses pour plus de 35% des opérateurs (excepté la Chine et Hong Kong). D’autre part, le pari pour les productions locales est chaque fois plus important comme nous l’avons vu il y a quelques années, tant en alimentation qu’en boisson.   Cela signifie que la “dénomination régionale” se vend bien et ça sera le cas jusqu’à la fin de la décennie.

4. Dénominations d’origine

Elles ont toujours eu un premier rôle. Et il en sera de même à la fin de la décennie. L’étude souligne que la majorité des professionnels interrogés citent en premier lieu les françaises en vin rouges. Avec quatre régions pilotes : Bordeaux, Languedoc, Côtes du Rhône et Bourgogne.  Pour ce qui est des blancs, ceux de Marlborough (Nouvelle Zélande), s’imposent partout sauf en Belgique, alors que les blancs français de la Vallée de la Loire sont en tête en Europe.

Rioja et Rueda sont les dénominations espagnoles qui occupent les premiers postes du classement en rouges et blancs respectivement.

5. Types de raisin

La classification des quatre cépages classiques reste stable (Cabernet SauvignonChardonnay, Pinot Noir et Merlot). On soulignera le succès du Chenin blanc aux États-Unis, qui est une claire tendance à tenir en compte.

781 professionnels (importateurs, grossistes, distributeurs et  “pure players” du commerce électronique) ont répondu à l’enquête de Sopexa ; 77% desquels étant des personnes clés dans la prise de décision.

 

 

Associations avec la nourriture arabe

La cuisine arabe se caractérise par son goût piquant et fort. Contrairement à d’autres nourritures, elle n’est pas légère mais certains plats peuvent réduire cet effet de lourdeur. Mais une chose est sûre, si nous en mangeons plus que nécessaire, nous pouvons avoir des problèmes digestifs. Voyons quels sont les mariages avec la cuisine arabe.

Comment associer vin et nourriture arabe

Il faut équilibrer les saveurs quelque peu aigres-douces, salées, sucrées et piquantes de ce genre de recettes avec des vins qui mitigent ces goûts, mais sans les effacer, car ils offrent une grande richesse au palais. De même, il est bon de remarquer que, traditionnellement, cette cuisine n’est pas accompagnée de vin pour des raisons religieuses.

Vins blancs

Lorsqu’il s’agit d’unir certaines sauces et crèmes, comme le traditionnel houmous, alors il vaut mieux opter pour un vin blanc dont la fraîcheur fera que le plat, que l’on déguste généralement accompagné d’un pain spécial, soit plus léger. Dans ce cas, il est recommandé de prendre un vin de type blanc Chardonnay.

 

Un autre type de vin blanc à associer avec cette cuisine est le Sauvignon Blanc. Il est l’élu des  shawarma, du riz, du bulgur, du taboulé ou des salades aux épices. Mais ce ne sont pas les seuls vins blancs qui conviennent tant pour les premiers que les deuxièmes plats. On choisira également un Verdejo fruité et un Rueda.

Vins rouges

Dans ce cas, ce sera pour les viandes. Et les meilleurs vins pour la nourriture arabe sont les  Merlot, Malbec ou bien les Riojas. Ces vins rouges sont des alternatives évidentes à cette cuisine sans lui enlever cette pointe de piquant ou de saveurs à épices qui plaît tant. En plus, ce sont les préférés avec le mouton.

Attention au carménère, d’origine française, qui a un léger arôme à herbes, des touches de fruits et des notes de poivron vert et rouge. C’est pour cela qu’il est recommandé par de nombreux spécialistes pour indiquer clairement que les épices sont les véritables protagonistes de ces plats. C’est ainsi que sont recommandés tant les vins rouges jeunes comme les grands crus qui aient des goûts et des odeurs à fruits secs comme la cerise et des nuances de vanille.

Vins rosés

Pour certains riz, spécialement ceux aux légumes, il n’est pas si mal d’opter pour des vins rosés

Xérès

Ce vin est un pendant idéal de nombreux plats orientaux et en particulier de la cuisine arabe. Il accompagne parfaitement tant le poulet au curry, comme pour les traditionnels « tagines » faits à base de légumes, de poisson, de poulet, de riz et autres.

Bière

Certains plats comme le kebab ne sont, en général, pas accompagné de vin. Pour celui-ci et d’autres plats, plus rapide à faire et à manger, l’on recommande alors de la bière. En effet, sa fraîcheur remplit le palais de nuances différentes.

 

 

Comment alterner différents vins pour le dîner de Noël

 

Noël approche. Une fête très spéciale durant laquelle la gastronomie aura le rôle principal et le vin sera un point essentiel des réunions familiales et entre amis. Si vous voulez réussir  votre dîner, vous pouvez commencer à choisir vos vins pour Noël. Choisissez qualité et variété, à tous les coups, vous serez récompensé.

Poissons, viandes, dessert….à Noël nous mangeons trop et de diverses manières. C’est pour cela que nous devons alterner différents vins, en particulier lors du dîner de Noël, qui est généralement plus long.

Du blanc au rouge

C’est une façon très traditionnelle de les alterner et celle qui est habituelle lors des dégustations. Cela est dû à ce que nous mangeons, puisqu’en entrée nous commençons, en général, par un apéritif, des soupes et un peu de poisson, avec lesquels les vins blancs sont privilégiés. L’entrecôte, la dinde ou le cochon de lait en plat principal ouvre un vaste champ pour que nous finissions le dîner avec un rouge puissant. De cette manière, les saveurs seront plus intenses à chaque instant du dîner. Normalement, on sert un vin blanc et deux ou trois vins rouges, pour produire plus d’effets en bouche.

Du sec au doux

Tout dépend du menu, mais une autre façon c’est de commencer avec des vins blancs ou des rouges secs pour passer à des vins doux, comme le muscat au dessert. La combinaison des vins secs avec les entrées et les seconds sera meilleure s’ils sont associés convenablement et les plus doux et sucrés (dans lesquels les raisins blancs sont renforcés) se marient parfaitement avec les tourons et les massepains. De cette façon, cela sera également plus digeste.

Suivant le protocole

La première bouteille de vin est, en général, ouverte et goûtée par l’hôte du dîner bien que celui-ci puisse vouloir faire les honneurs à un invité. Une fois ouverte, la bouteille peut rester sur la table, bien qu’il soit plus avisé qu’elle repose sur une table auxiliaire et nous le verserons à mesure que les verres se vident. Les premiers verres se remplissent à la moitié puis au goût du consommateur. Le protocole veut que l’on serve les vins blancs en premier lieu et les rosés à une température de 10 degrés puis les vins rouges à température ambiante de 20 degrés et finalement les manzanillas, les vins doux ou champagne autour de 8 degrés.

Vous avez déjà les vins pour le dîner de Noël ? Nous, nous vous recommandons: