Étiquette : raisins hybrides

Les vins de cépages hybrides ont-ils un avenir ?

Plusieurs régions du monde utilisent les raisins hybrides pour élaborer du vin.  Mais ils ne sont pas toujours les préférés. La France, par exemple, les interdit dans les crus classés, à l’exception du Baco Blanc dans la distillation de l’Armagnac. L’Autriche autorise son utilisation dans l’élaboration et la vente de vins Uhudler en Südburgenland, mais leur octroie le standard d’étiquetage le plus bas. Et aux États-Unis, malgré tous les hivers froids que ces raisins supportent durement, ils ne sont souvent pas très bienvenus chez les acheteurs de vin.

Les hybrides (croisement délibéré entre deux cépages) représentent moins de 5% des vignobles mondiaux. D’après les experts tels José Vouillamoz, co-auteur du guide Wine Grapes, ces raisins hybrides ont été créés principalement pour aider à résister contre les maladies fongiques et les gelées. Pour lui, leur avenir est discutable.

Le futur des raisins hybrides

Certains producteurs américains expliquent que les hybrides produisent par nature des vins mineurs. Et il y en a qui considèrent cette classe de vins comme un signe des temps, puisque nous nous trouvons dans un moment où les gens sont curieux de choses étranges et expérimentales. Ainsi, ce profil de gouteur est prêt à demander un vin élaboré à partir de raisins hybrides.

Par contre, ailleurs, ils sont considérés comme quelque chose de positif. Certains vins hybrides ont une grande capacité à résister aux durs hivers alpins et cela permet à de nombreux producteurs de cultiver au moyen de techniques biodynamiques, chose impossible si l’on a recours à des raisins autochtones plus fragiles.

Prochainement, aux États-Unis, les raisins hybrides seront reconnus comme étant des raisins américains. Bien que, pour l’instant, leur avenir ne soit pas clair car, en réalité, les demandeurs sont peu nombreux. Tout dépendra de l’introduction de nouveaux raisins, des changements du palais des consommateurs, ou bien des changements climatiques qui obligeraient les producteurs à réévaluer leurs plantations.

Et que se passe-t-il en Europe et en Espagne?

L’Union européenne, pour sa part, ne fait pas obstacle à l’autorisation des variétés de raisins hybrides et à la commercialisation ultérieure des vins obtenus. Ils sont vendus de manière officielle en Allemagne et en Italie. Cependant, en Espagne, il semble que le sujet soit plus compliqué, au vu de la loi de la vigne et du vin adoptée par le gouvernement en 2003, où il est spécifié que dans le pays seuls les vins issus des variétés de raisins de l’espèce européenne Vitis Vinifera pure pourront être étiquetés et commercialisés.

Raisins hybrides  

Certaines communautés ont demandé au gouvernement que cela soit changé comme c’est le cas en Galice où l’on voudrait que le vin rouge de Barrantes soit légalisé. Ses défenseurs rejettent que le vin rouge de Barrantes soit plus nuisible pour la santé que n’importe quel autre vin protégé par la dénomination d’origine. Ils reconnaissent, cependant, qu’il contient un pourcentage plus élevé de malvidine que d’autres vins.