L’importance de la biodiversité dans les vignes

Par Karin Mosca

La biodiversité ne doit pas être considérée comme une simple mode. En viticulture, en effet, la biodiversité représente un aspect essentiel pour la mise en valeur des différents terroirs et pour la durabilité de la production viticole.

Pourquoi la biodiversité dans les vignes est-elle importante ?

L’écosystème du vignoble est constitué de toutes les formes de vie qui l’habitent, qu’il s’agisse de plantes, d’animaux ou de micro-organismes. Toutes ces formes de vie sont capables de créer un véritable équilibre au sein du milieu qu’elles habitent, le rendant capable de s’adapter aux changements environnementaux

Cela dit, il est évident que la biodiversité est un élément fondamental pour la résilience de tout environnement, en l’occurrence le vignoble. Favoriser la présence d’espèces autochtones plutôt que d’introduire des espèces allochtones permet au vignoble de réagir moins difficilement aux changements, sans avoir à modifier son équilibre interne. 

Comment la biodiversité est-elle modifiée ?

Répondre à cette question est en fait assez simple. Il suffit de penser, par exemple, aux pratiques culturales, à l’irrigation, à l’utilisation de machines agricoles, aux produits utilisés pour lutter contre les parasites, au type de fertilisation, à la suppression des haies et des bois en faveur de l’extension de la surface cultivée, etc. Tout cela modifie inévitablement l’équilibre de l’écosystème du vignoble.

Que peut-on faire pour promouvoir la biodiversité ?

La question se pose de savoir comment, dès lors, combiner culture et biodiversité. Certaines des pratiques à faible impact environnemental utiles dans ce sens sont les suivantes :

  • Planter des arbustes et des arbres fruitiers dans le vignoble pour attirer entre autres les papillons, les insectes, ainsi que les oiseaux. 
  • Créer des barrières naturelles entre les vignes pour lutter contre la propagation des champignons nuisibles.
  • Placer des tas de pierres et de bois dans le vignoble pour créer des tanières pour les reptiles et les insectes et pour fournir des sites de nidification aux abeilles et aux oiseaux de proie. Ces derniers, en effet, contribuent à la lutte contre les rongeurs.
  • Pratiquer le désherbage, qui est le développement contrôlé d’un couvert végétal, pour empêcher la propagation des mauvaises herbes.
  • Mettre en place un paillage qui consiste à recouvrir le sol de matériaux organiques ou synthétiques afin de contrôler la croissance des mauvaises herbes, maintenir l’humidité du sol, protéger le sol de l’érosion et atténuer la température.
  • Encourager la replantation régulière pour éviter l’arrachage total des vieilles vignes. Les jeunes vignes sont ensuite greffées sur les structures racinaires existantes, ce qui permet d’obtenir une diversité génétique qui réduit la probabilité d’infection par des parasites.

Il est également important de surveiller constamment les niveaux de biodiversité dans les vignes de la manière suivante :

  • Évaluer la présence de vers de terre et d’autres organismes dans le sol, bons indicateurs de la qualité du sol et responsables de sa fertilité.
  • Évaluer le type d’insectes, prédateurs ou non, et les papillons présents.
  • Évaluer les caractéristiques du sol et des plantes présentes dans les vignes.

Biodiversité et vin

La biodiversité des milieux viticoles est étroitement liée à la diversité des paysages. Et derrière chaque paysage, surtout dans des pays comme la France ou l’Italie, il y a un vin différent. C’est pourquoi il est nécessaire de protéger l’environnement et les créatures qui l’habitent, surtout si l’on considère qu’il existe au moins 200 variétés de vignes en France. Un patrimoine à protéger !

Laissez un commentaire