Les spiritueux se mettent au vert !

Par Isabelle Escande

Le bio n’est pas seulement l’affaire des vins. De plus en plus de spiritueux affichent fièrement leur label éco face à la demande croissante des consommateurs. Une agriculture respectueuse de l’environnement, une élaboration naturelle, des bouteilles recyclables… Les initiatives se multiplient et sont de plus en plus partagées, y compris par les grandes marques. Preuve que la tendance verte est bien décidée à s’imposer ! 

Des matières premières vertes

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à l’origine des produits utilisés. Aujourd’hui, les études sur les pesticides dans les spiritueux commencent à voir le jour (du moins la question fait débat de nos jours), mais c’est surtout la prise de conscience d’une responsabilité individuelle et collective face au traitement réservé à la terre qui fait bouger les choses. De savoir les champs de canne à sucre inondés de pesticides ou encore des cours d’eau pollués par les engrais des plantations de céréales destinées à l’élaboration des whiskies en font réfléchir plus d’un. La nécessité d’une agriculture respectueuse de l’environnement s’impose.

Soucieuses de cette dimension éthique et conscientes de la demande grandissante des consommateurs, les marques sont toujours plus nombreuses à adhérer au bio. Rappelons que pour obtenir le label, le règlement européen est strict, puisqu’il exige que le spiritueux soit élaboré avec au moins 95% d’ingrédients bio. Les OGM sont totalement interdits, même pour les 5% d’ingrédients non-bio.

Les petits producteurs à la tête du mouvement

Cette croissance du bio touche tous les types de spiritueux, de la vodka jusqu’au rhum en passant par le whisky ou l’Armagnac. Elle est portée par une poignée de petits producteurs (toujours plus grande) qui font de leur engagement écologique leur marque de fabrique.

Ces marques mettent en avant l’origine locale et bio de leur production. Aujourd’hui, il n’est pas vraiment vu de bon œil de faire venir des quatre coins du globe les matières premières… Un atout pour les petites maisons de spiritueux qui travaillent la plupart du temps avec des producteurs de leur région et qui réalisent un maximum de tâches in situ

En France, ces micro initiatives gagnent de plus en plus de terrain. On peut évoquer les dry gins 100% biologiques de la distillerie Du Grand Nez (petit clin d’œil à Henri IV) implantée à à Agrinove dans le Lot-et-Garonne. Ses fondateurs s’approvisionnent en baie de genévrier bio équitable chez un fournisseur de Nice, mais ils sont résolument décidés à n’utiliser que des ressources locales pour tendre vers un gin entièrement façonné en 47. Ils ont, pour cette raison, établi une collaboration avec le lycée agricole de Nérac qui sera en charge de 400 plants de genévrier. 

Et, elle n’est pas la seule, cette distillerie, à promouvoir la culture locale pour faire un produit fini 0 km (ou presque). Les initiatives de ce genre se multiplient sur le sol français. Citons, par exemple, Valérie de Sutter, fondatrice de JNPR, un gin sans alcool élaboré à partir de plantes et fruits de Normandie. Aujourd’hui, son frère cultive des plants de genévrier dans l’exploitation familiale pour, à l’avenir, réaliser un gin 100% normand. Et du côté vodka, nous avons la Madame vodka, une vodka bio 100% française faite à base de quinoa, non d’Amérique du Sud, mais du Pays de la Loire. Écologique, elle est ensuite distillée dans de petits alambics charentais, et diluée avec l’eau de source locale. On peut encore en évoquer d’autres, comme la distillerie Séquoia qui produit un single malt bio, à base d’orge et d’eau de source du Vercors. L’orge y pousse même au pied de la distillerie pour les cuvées maison…

Des initiatives vertes diverses

Les producteurs privilégient les matières premières éco et locales et élaborent des boissons le plus naturellement possible, souvent sans sucre ajouté, sans additif et sans arôme artificiel. De nombreuses initiatives sont mises en place pour soumettre tous les processus de production à une charte environnementale (distillation, élevage, embouteillage, etc.) et réduire ainsi l’empreinte carbone. Benromach notamment, l’un des pionniers dans le monde des spiritueux bio, emploi pour le vieillissement de son Organic des fûts de chêne américain neuves dont le bois provient de forêts durables. La bouteille de la vodka Le Philtre, une vodka Premium bio 100 % naturelle, est quant à elle réalisée à partir de verre recyclé.

Plusieurs entreprises ont mis la question du recyclage au cœur de leurs préoccupations et certains ont eu l’idée de transformer les déchets organiques en biogaz et en électricité. C’est le cas de la distillerie Bruichladdich, sur l’île d’Islay, en Écosse. Il faut dire que la production de whisky consomme une énorme quantité d’énergie et la gestion des tonnes de déchets supposait aussi, outre son impact environnemental négatif, un prix élevé pour l’entreprise. La mise en place d’une production circulaire a permis ainsi à la distillerie de gagner sur tous les plans. Outre ses digesteurs anaérobies qui transforment les déchets en gaz méthane, la maison a également installé un système de recyclage de ses eaux chaudes. Et ses initiatives vertes ne sont pas prêtes de s’arrêter, puisque son objectif zéro carbone est prévu pour 2050 ! 

Les grandes marques s’y mettent

Et preuve que la tendance n’est pas prête de s’arrêter et semble vouloir s’installer définitivement, les grandes marques se sont elles aussi mises au bio !  Pernod Ricard a notamment proposé dernièrement deux versions renouvelées et bio de son célèbre pastis. Élaborées avec des ingrédients 100% d’origine naturelle, elles sont certifiées Agriculture Biologique et fabriquées en France. Saint-James, une référence dans le domaine des rhums agricoles en provenance de Martinique, a lancé il y a peu son premier rhum bio. Distillé en colonne créole traditionnelle, puis embouteillé sans réduction, ce rhum blanc brut de colonne pure canne est issu d’une sélection parcellaire récoltée à pleine maturité et conduite une agriculture biologique. 

Les nouvelles versions bio du célèbre pastis, à l’amande et au citron !

Là aussi l’originalité est de mise et des initiatives vertes les plus diverses voient le jour. Une bouteille de whisky Johnnie Walker en papier devrait, par exemple, être commercialisée très prochainement. Il s’agirait de la première bouteille de spiritueux 100 % papier, sans plastique et entièrement recyclable au monde. L’emballage sera fabriqué à partir de bois issu de sources durables. Belle prouesse en perspective !

Rendez-vous dans notre Store à Paris ou sur notre e-commerce Drinks&Co pour trouver une multitude de spiritueux bio !

Notre Store dans le quartier Saint-Lazard à Paris avec beaucoup de références bio !
 TAGS:Le Philtre

Le Philtre

Une vodka Premium bio, 100 % naturelle signée Beigbeder ! Fabriquée en France, elle est réalisée à base de blé biologique, d’eau de source de Gensac (réputée pour sa pureté), sans aucun additif ni sucre ajouté. En plus, son flacon est fait uniquement à partir de verre recyclé.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire