Les gins qui chantent cocorico !

Par Isabelle Escande

Aujourd’hui, le gin s’est fait une place de choix parmi les spiritueux. Principal ingrédient des cocktails à la mode, il n’a rien à envier au whisky ou au rhum. En France, les producteurs se multiplient, alors qu’ils n’étaient qu’une poignée il y a quelques années. Zoom sur ces pépites à l’accent français dont la réputation dépasse même les frontières nationales ! La clé de la réussite ? La qualité d’un gin artisanal.

Pourquoi ce boom du gin français ?

Savoir-faire et tradition

Le gin français semble avoir de beaux jours devant lui. Ils sont dorénavant une petite centaine à réaliser du gin (ils se comptaient avant sur les doigts de la main), et leur production convainc le marché français, mais aussi espagnol ou britannique

Et pourquoi cet engouement ? La France n’est pourtant pas le pays avec le plus grand nombre de consommateurs de gin, même si la mode des gins tonics et negronis ont fait de lui une boisson recherchée. 

Certes… N’empêche que l’Hexagone a une sacrée tradition de distillation derrière lui. En France, on sait faire des spiritueux, la reconversion est donc facilitée. D’ailleurs, ce n’est pas étonnant que le premier gin made in France, Citadelle, soit né en Charente, terre du cognac par excellence et surnommée la spirit valley.

L’appel de la liberté

Le facteur économique n’est pas non plus à négliger dans ce boom des distilleries sur le sol français. Fabriquer du gin ne nécessite pas un investissement très élevé contrairement au cognac, à l’armagnac ou au whisky qui ont besoin de vieillir de longues années dans des caves. Le gin peut, quant à lui, se produire partout facilement. De l’alcool neutre, des botaniques macérées ou distillées, en bouteille, et hop sur le marché ! 

Mais cette facilité matérielle n’explique pas le succès du gin français au-delà des frontières. Si ce dernier convainc, c’est qu’il a quelque chose en plus ! Et cette petite différence, c’est peut-être la créativité associée à ce secteur. Les producteurs se sont multipliés, séduits par la liberté que sous-entendait l’élaboration du gin. Il s’agissait d’écrire une page blanche. Le défi était alléchant. Car, si le savoir-faire de la distillation ne date pas d’hier, celui de la création de gin est tout nouveau. Par ailleurs, la production du gin laisse en soi beaucoup de liberté et permet l’élaboration de multiples recettes. Un terrain propice à laisser s’exprimer son inventivité…

Des gins made in France originaux

Le goût du terroir

Car c’est bien ce qui caractérise la production française de gin aujourd’hui : l’originalité ! Les producteurs n’hésitent pas à innover et à donner des versions uniques au monde de ce spiritueux. Cette créativité s’exprime aussi bien dans le processus d’élaboration que dans le choix des ingrédients utilisés. Les distillateurs n’hésitent pas notamment à s’inspirer de leur terroir et des produits locaux, comme les fruits (pomme, melon, etc.), les fleurs ou encore les aromates du coin, pour donner à leur gin un caractère unique. Citons trois pépites en exemple, mais il y en a d’autres !

G’Vine, raisin et fleurs de vigne de Cognac

Originaire de Cognac, le G’Vine n’est pas élaboré, comme la plupart de ses confrères, avec du grain de céréales, mais se fait à partir du raisin et de la fleur de vigne (terroir oblige !) qui embaume les vignobles quelques jours seulement dans l’année. L’alcool de raisin Ugni Blanc donne au distillat un goût plus doux. Mais ce n’est pas tout ! La cinquième distillation, avec l’essence de fleurs de vigne, termine le processus de production et rend le produit final véritablement unique.  Le résultat : un gin rond et délicat, très équilibré et floral !

Gin Carmina de Christian Drouin, les pommes à cidre de Normandie

En 2015, le Normand Christian Drouin révolutionnait le monde du gin avec le lancement de son produit Le Gin, élaboré à partir de plus de 30 variétés de pommes à Cidre et de 7 aromates spécialement sélectionnés pour leur parfaite association avec la pomme et le Genièvre. La version Carmina est plus estivale. En plus des pommes à cidre normandes et du genièvre, elle est un assemblage centré sur les fruits rouges. À la fin, un gin gourmand et fruité à la robe rouge framboise !

Mirabeau Rosé Gin, un parfum de Provence

Encore un gin réalisé à partir de raisin, mais là avec un soupçon de rosé du domaine ! Le tout est parfumé aux extraits de plantes typiquement provençales, dont la lavande, le thym, les pétales de rose et le citron. Ce gin Mirabeau Rosé se caractérise par sa douceur, sa bouche ronde et son élégance. Il donnera une touche originale à vos cocktails cet été !

Le choix de la qualité et d’une production artisanale

Originaux dans leur approche, les distillateurs de gin font le choix de l’artisanat et de la qualité. Les matières premières locales sont privilégiées, et lorsque des aromates de pays lointains sont utilisés, ils sont choisis avec le plus grand soin. La marque française Fair en a fait son cheval de bataille. Ses baies de genévriers (comme tous les autres produits qu’elle emploie) viennent d’Ouzbékistan et sont issues d’un commerce équitable.

Réalisés en petite quantité, les gins sont issus d’une production artisanale. Ils sont élaborés dans de petites structures avec des alambics récupérés du passé pour mettre en avant le savoir-faire et la tradition d’une région ou habilement fabriqués par les distillateurs. Le gin Diplôme Original 1945 Recipe, par exemple,  a été fabriqué à partir d’une recette qui avait été choisie, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour approvisionner les armées américaines stationnées en Europe. Pour souligner la continuité, il a été produit dans la même distillerie que celle de 1945 et avec le même alambic !

Et pour les novateurs, on peut aller voir du côté d’Audemus Spirits. Son fondateur, Miko Abouaf, a mis en place deux alambics tout à fait originaux. En verre à basse pression, ils permettent de distiller à température ambiante afin d’éviter toute cuisson inutile de certains aromates ! ingénieux, non ?

Et bien sûr, la qualité est de mise à toutes les étapes de production : tri minutieux des matières premières (souvent bio !), macération lente, distillation multiple et soignée.

Et les gins sans alcool ?

Là, on ne voit pas encore grand chose à l’horizon… (Avis aux entrepreneurs !). Mais quelques précurseurs sont à mettre en avant. Pernod Ricard, par exemple, a lancé dernièrement son gin Ceder’s, une boisson distillée non alcoolisée. Le nolo est produit en Suède, avec de l’eau suédoise, mais à partir de plantes qui proviennent d’Afrique du Sud. Et sinon, on peut aussi citer JNPR, une maison qui vient tout juste d’entrer sur le marché. On a eu la chance d’interviewer sa fondatrice, Valérie de Sutter, qui a pris le temps de nous expliquer son projet novateur. Découvrez notre entretien ici.

Et pour finir, voici quelques pépites hautement recommandées ! Vous les trouverez sur notre e-commerce ou dans notre Concept Store à Paris où vous pouvez goûter à tous les spiritueux avant de les acheter. Pratique, non ?

 TAGS:Fair Barrel Aged 50cl

Fair Barrel Aged 50cl

Un gin vieilli trois mois en fûts de chêne. Et oui, ça existe quand même ! De la marque française spécialisée en commerce équitable.

 TAGS:Du Grand Nez Attribut Nº1 50cl

Du Grand Nez Attribut Nº1 50cl

Un gin made in France 100% bio aux notes d’agrumes et de verveine citronnée.

 TAGS:Pink Pepper Gin

Pink Pepper Gin

Un gin de Cognac élaboré selon un principe de distillation unique au monde mis au point par son créateur.

Articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire