La galette des rois dans tous ses états

Par Chloé Coussot

Brioche ou frangipane ? Champagne ou cidre ? En ce début d’année, nous nous joignons à vous pour déguster la galette des rois en l’associant à des bulles et autres vins pour tirer les rois comme il se doit. Voici les meilleurs accords mets et vins à l’occasion de l’Épiphanie.

Petit récap sur la tradition

L’épiphanie commémore la visite des rois mages à l’enfant Jésus.

Mais avant cela, petit récap sur cette tradition. Si la galette des rois se mangeait à l’origine le jour de l’Épiphanie, c’est-à-dire le 6 janvier, de nos jours, le gâteau se partage le premier dimanche suivant le 1er janvier, bien qu’en réalité, il se mange tout au long du mois ! Rappelons que l’Épiphanie commémore la visite des rois mages à l’enfant Jésus 12 jours après sa naissance.  

À chacun sa galette

Une tradition qui date du 13-14ème siècle, selon laquelle le plus jeune de la tablée se place sous la table pour distribuer les parts du gâteau. Un gâteau qui prend différentes formes selon les régions, de la célèbre frangipane parisienne à la brioche aux fruits confits dans le sud, à la « pogne » dans la Dauphiné ou le « garfou » en Gascogne, et le Dreykönigskuchen en Alsace.

Et la fève ?

Si les moines ont initié la tradition en plaçant une pièce en or dans du pain, celle-ci a vite été remplacée par une fève, plus économique et symbole de fécondité. Mais il s’avère que la coutume est bien plus ancienne que cela, puisque à l’époque romaine, au moment du solstice d’hiver et des Saturnales, maîtres et esclaves mangeaient à la même table et un roi était désigné, pouvant donner des gages. À Babylone, l’histoire est plus tragique, puisque l’élu était ensuite condamné à mort après les fêtes.

Tirons les rois !

Plus tard, au Moyen-Âge, c’est la tradition du « roi boit » qui prédomine. En effet, celui qui trouvait la fève devait payer sa tournée. Alors que les plus avares avalait la fève, cette dernière a été remplacée par une figurine en porcelaine, plus difficile à ingurgiter.

Que boire avec la galette des rois ?

Des bulles, des bulles… et encore des bulles !

Les bulles sont tout à l’honneur et se marient parfaitement bien à ce gâteau, surtout s’il s’agit de la galette feuilletée. Des vins effervescents, légers, vifs, et pas trop secs de préférence.

Et pourquoi pas les vins doux ?

Les vins doux sont eux aussi de la fête ! Bien que cet accord soit plus riche, ils sont délicieux sur une galette briochée. Nous pensons aux Sauternes, comme Château Gravas Sauternes 2016, ou encore aux Loupiac, tels que Dourthe Château de Ricaud 2016, ou bien les Cadillac, comme Domaine de Crabitey 2018. Les Monbazillac ont eux aussi toute leur place, tels que Chantalouette Monbazillac 2017.

Brioche et muscat, un mariage digne des rois

La brioche fait carton plein dans le sud où elle est décorée de sucre perlé ou de fruits confits, parfois parfumée de fleur d’oranger. Un délice rehaussé par des vins d’Alsace élaborés à partir du cépage Gewürztraminer, tels que Munsch Alsace Gewürztraminer Vendanges Tardives Blanc 2005 ou bien de Muscat, dont les arômes si caractéristiques feront écho à ceux de la brioche. Pourquoi pas un Muscat de Rivesaltes comme celui de Gérard Bertrand, ou un Muscat de Beaumes de Venise signé Xavier Vignon ?

Vous l’avez compris, la galette des rois se déguste de mille et une façons ! À vous de trouver l’accord qui vous conviendra le mieux dimanche prochain. Et bonne année !

Articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire