La consommation “éthique” de vin

La consommation “éthique” du vin

“Consommer éthique” ou “consommer responsable”, appelez cela comme vous voulez, ça a la cote, on ne peut pas y échapper. Mais ne vous méprenez pas, c’est loin d’être une mode passagère.

Les “vins activistes”

Mettons directement les pieds dans le plat, ou plutôt le nez dans le vin : il y a les vins activistes, et puis le reste du monde. Selon l’agence américaine Bloomberg, ces “vins activistes” auraient créé un nouvel exemple pour les bons vins : bons au sens du goût, mais bons aussi car ils “oeuvrent pour le bien”, un peu comme Superman, oui.

Pour faire simple, ce sont des vins produits par des domaines qui “rejoignent un mouvement mondial d’entreprises engagées dans des pratiques commerciales sociales, environnementales et éthiques qui sont une force pour le bien” – en tout cas, c’est ainsi que l’explique Rob Symington, dont la famille est propriétaire de la société vinicole portugaise Symington Family Estates. Depuis cet été, ils ont gagné le statut de “B Corporation”, militant pour les valeurs citées ci-dessus.

Si vous pensiez que cette conscientisation soudaine de la population n’était qu’une mode aussi éphémère que les spinners, la réponse est non, et on en est plutôt soulagé. Il s’agit en fait d’un vrai bouleversement dans l’industrie vinicole, qui a démarré d’une niche pour devenir un changement d’ampleur globale.

La cause : devant les “perturbations” actuelles – une expression récurrente au fil des décennies, “le monde va mal”, “c’était mieux avant”, “tout fout le camp”, à croire que ces “perturbations” sont plutôt un syndrome humain générationnel qui… pardon, on digresse. Bref, la Terre chauffe, les océans aussi, les gens veulent donc acheter des produits éthiques et durables, chez des producteurs qui partagent leurs valeurs.

La preuve en chiffres : une récente étude d’Unilever démontre que ses marques axées sur des objectifs de développement durable connaissent une croissance de 69% plus rapide que le reste de ses activités. Une autre enquête de Nielsen en 2015 auprès de 30 000 consommateurs dans 60 pays a révélé que 66% d’entre eux étaient prêts à payer davantage pour des biens durables.

Des vins pour sauver le monde ?

Sauver le monde

Résultats des courses : le “consommer éthique”, c’est bien, mais en plus (et surtout?), ça fait vendre. Une vraie poule aux oeufs d’or. Ou plutôt un domaine aux vignes dorées. Non, oubliez.

Saviez-vous même que certains vignobles donnent une partie de leurs rentrées ou des bénéfices de cuvées spéciales à des oeuvres caritatives ? Par exemple, les vins Dreaming Tree, du musicien Dave Matthews, lauréat d’un Emmy Award, ont versé plus de 1,5 million de dollars à des organismes environnementaux tels que la Wilderness Society. Et de nombreuses situations similaires existent. Le changement climatique et l’impact environnemental du vin est devenu un sujet sérieux, il faudra vous y faire. Et la prochaine fois que vous boirez un verre de chardonnay, vous pourrez prétendre sauver le monde. Make winery great again.

 TAGS:Jacques Selosse Brut Initial

Jacques Selosse Brut Initial

Jacques Selosse Brut Initial : Le champagne Grand Cru Initial de la maison Jacques Selosse est une cuvée d’assemblage de trois millésimes. Produit à seulement 33 000 bouteilles, ce champagne blanc de blancs Grand Cru est un excellent champagne de gastronomie.

 TAGS:Bollinger La Grande Année 2007

Bollinger La Grande Année 2007

Bollinger La Grande Année 2007 : C’est un champagne extrêmement fin, doté d’une amplitude aromatique prononcée. Grâce à ses multiples facettes, il propose une variété impressionnante d’accords de l’entrée au fromage.

 TAGS:Domaine Dagueneau Pouilly Fumè Buisson Renard 2016

Domaine Dagueneau Pouilly Fumè Buisson Renard 2016

Domaine Dagueneau Pouilly Fumè Buisson Renard 2016 : Il offre une belle couleur jaune paille, des arômes de pêche et de fruits exotiques ainsi qu’une bouche intense, des notes de mangue, très bien équilibrées.

Laisser un commentaire La consommation “éthique” de vin