La bière se met au vert

Par Isabelle Escande

Après les bières artisanales, le boom des IPA, c’est au tour des bières bio d’être sur le devant de la scène brassicole ! En France surtout, la consommation connaît un véritable essor et le pays est d’ailleurs devenu le premier brasseur bio d’Europe.  

Depuis plusieurs années, le bio progresse à grande vitesse dans le paysage agricole français, et le monde de la bière a bien sûr lui aussi été touché par cette nouvelle tendance. Le consommateur à la recherche de produits sans pesticides ni produits chimiques est de plus en plus exigeant et tout doit désormais afficher cette condition.

Qualité et engagement durable

Blonde, brune ambrée, blanche, fruitée, florale, épicée ou liquoreuse… La bière bio se distingue par une aussi grande diversité que ses consoeurs non biologiques. Sa préparation est d’ailleurs la même sauf que les matières premières (houblons, céréales, épices, levures, etc.) utilisées sont issues de l’agriculture biologique. Le label AB exige un minimum de 95% d’aliments bio dans son élaboration. La tolérance s’applique généralement au houblon, qui représente moins de 5% de sa composition, et qui n’est pas toujours facile à trouver en filière bio, en tout cas en France. 

Privilégier la bière bio, c’est aussi faire le choix de la transparence. Le label AB donne la garantie de la traçabilité des matières premières utilisées, du champ au verre. Les  craft breweries  sont bien évidemment au cœur de cet engagement. Non seulement, elles affichent l’origine de leurs fournisseurs, mais s’efforcent de travailler au maximum avec des producteurs locaux

Car faire le choix d’une bière bio, c’est aussi s’engager pour une production bioéthique qui favorise les circuits courts et qui se caractérise par la recherche de systèmes de fabrication moins polluants pour freiner l’impact environnemental. Les craft breweries engagées dans le bio s’évertuent généralement à trouver des alternatives à leurs procédés de production très énergivores (eau, électricité, etc.). Des mesures sont prises pour recycler l’eau de maltage, réduire les émissions de gaz à effet de serre, ou encore favoriser des transports peu polluants. Les brasseries ne manquent pas d’imagination pour montrer leur engagement écologique. La maison Moulins d’Ascq notamment à trouver le moyen de recycler la drêche, le résidu d’orge restant après le brassage. Elle est donnée à un agriculteur biologique qui l’utilise pour l’alimentation de ses vaches. Bel exemple d’une économie circulaire et locale !

Accords et liberté

Produit vivant par excellence, la bière bio, comme le vin, peut se conserver et évoluer avec le temps. Bien sûr, l’absence de conservateurs implique des règles à suivre pour sa bonne conservation. Elle doit être gardée dans un endroit sec, à l’abri de la lumière. Tout comme la bière non bio, elle se caractérise par sa grande diversité. 

Dégustée entre 5 et 13° selon sa nature (pils, triple, stout, etc.), elle permet une variété infinie d’accords culinaires. Et aujourd’hui, il n’est plus rare de la voir accompagner un plat. Les principes d’un bon mariage entre un met et une bière sont les mêmes que ceux du vin. Les trois règles (l’accord de résonance, l’accord de complémentarité et l’accord de contraste) se retrouvent, en effet, dans le monde oenologique (cf. un de nos articles précédents). Voici quelques exemples d’accompagnements opportuns pour sublimer votre menu !

 TAGS:Bière Cap d'Ona Ambrée Triple Bio

Bière Cap d’Ona Ambrée Triple Bio

Une bière ambrée qui, avec ses notes torréfiées, s’accorde à la perfection avec vos viandes braisées, une pizza au saumon fumé, ou un dessert au chocolat, voire au caramel.

 TAGS:Moulin d'Ascq Triple Bio

Moulin d’Ascq Triple Bio

Une blonde aux arômes d’agrumes qui se déguste très bien en apéritif ou pour sublimer un pavé de saumon ou une mousse au citron en dessert.

 TAGS:Quintine Blanche Bio

Quintine Blanche Bio

Avec ses arômes d’agrumes, elle se combine très bien avec des fruits de mer.

Articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire