Drôles d’étiquettes

Par Isabelle Escande

Alors que les exigences légales concernant les étiquettes des vins se multiplient, l’originalité et la liberté s’emparent également de ce petit bout de papier informatif auquel une grande importance est aujourd’hui accordée dans l’économie du vin. 

Producteurs et commerciaux s’intéressent dorénavant énormément à l’étiquette pour capter l’attention du consommateur. L’idée est de surprendre, faire rêver ou véhiculer des valeurs pour viser l’adhésion de ce dernier. Même si l’étiquette traditionnelle règne toujours en maître (elle inspire confiance), des tentatives d’innovations existent. Et si on regarde chez nos voisins producteurs, elles sont encore plus marquées. Il y en a d’ailleurs pour tous les goûts. À vous de choisir celle qui vous convient le mieux !

La fibre artistique

Pour ceux qui ne vibrent que par l’art, l’étiquette offre un champs d’expression nouveau. Certains producteurs font appel à des représentations mythiques pour attirer l’attention, mais surtout pour associer leur vin à des images au grand potentiel évocateur qui renvoient directement à notre imaginaire collectif. Raimond Usseglio touche juste avec sa cuvée “La Création”, une cuvée unique élaborée avec du grenache Châteauneuf de Pape et de Lirac et vieillie en cuves de terre cuite toscanes. Son étiquette (et son nom) qui renvoie à la célèbre fresque de Michel-Ange, La Création de l’homme,  souligne le caractère original du vin tout en l’inscrivant dans une tradition centenaire. Par ailleurs, elle est un clin d’oeil aux origines italiennes du viticulteur. 

Il n’est pas rare, en effet, que les producteurs évoquent, grâce au contenu graphique de l’étiquette, l’origine de leur vin et parviennent en un seul coup d’oeil à transmettre l’information.  C’est le cas, par exemple, du vin rouge “Volver” qui avec son taureau au style de Picasso révèle immédiatement ses origines castillanes. D’autres jouent encore avec les étiquettes pour souligner un aspect particulier de leur vin, comme le vin rosé « Amatista Moscato » qui suggère, par le mouvement et les couleurs dessinés sur l’étiquette, l’aspect pétillant et rafraîchissant de la cuvée ou le « Marilina Terre Siciliane Nero d’Avola Flo Bio Vegan » où les motifs floraux soulignent son caractère fruité et biologique. 

Pour les poètes

L’étiquette est aussi un habile moyen d’évasion, un appel à l’imagination et aux rêves. Elle renforce alors souvent le nom même du vin original et poétique. « L’Envolée du Domaine de la Cotelleraie« , avec ses délicats oiseaux volants, en est un parfait exemple ou encore « Les Falaises du domaine Gardiés » qui évoque les lithographies japonaises du XIXe siècle. Parfois au contraire, c’est justement la simplicité de l’étiquette qui souligne la connotation du nom. Avec son design réduit au plus strict minimum et sa typographie presque enfantine, l’étiquette du vin “Mon P’tit Pithon” du domaine Olivier Pithon souligne le caractère jeune et vif de cette cuvée.

Le bal des animaux

Pour favoriser cette évasion poétique, les producteurs ont souvent recours à l’imagerie animale, et surtout aux représentations d’oiseaux, qui renvoient dans l’imaginaire collectif à l’idée de rêve et de liberté. La cuvée « Clau De Nell » ou « Premières Grives du domaine Tariquet » illustrent cette tendance. Mais les volatiles n’ont pas l’exclusivité de cette démarche. Animaux domestiques (chats, chiens, etc.) et bêtes sauvages (Fauves, girafes, etc.) ont aussi la cote. Ils ont l’avantage de parler directement aux sentiments du consommateur et de le rallier à un imaginaire commun.
Par ailleurs, l’animal est souvent un moyen de souligner l’origine du vin . Les fameux vins de Yellow Tail avec le kangourou comme symbole affirment avec fierté leur identité australienne.  

Les éloquents

Si les producteurs ont pour principal objectif, avec leur étiquette, de toucher le consommateur grâce à leur force évocatrice et imaginative, il arrive aussi que ce dernier choisisse une bouteille pour le message qu’il a envie de transmettre à une tierce personne. L’échange se fait alors à un autre niveau et peut se même se faire au détriment du premier. La cuvée “Les Darons”, par exemple, signé Jeff Carrel doit son nom aux vieilles vignes dont est issu le vin, mais il peut être offert (à ses parents) comme un clin d’oeil affectueux. Il existe des messages d’amour, de paix ou d’autres encore plus singuliers, comme El Marido de Mi Amiga (attention à qui vous l’offrez !), Tu Vin Plus Aux Soirées, ou encore El Rey del Glam

Le plaisir du vin c’est aussi d’en parler (c’est pourquoi d’ailleurs on accorde aujourd’hui autant d’importance aux étiquettes). Et ces bouteilles aux étiquettes éloquentes participent à ce jeu de la conversation. Partager, discuter et savourer. 

Articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire