Donner des saveurs à l’automne avec le Beaujolais Nouveau !

Par Isabelle Escande

Sur le point de souffler ses 70 bougies, la fête du Beaujolais Nouveau ne sera pas comme les autres cette année, mais elle devrait retrouver son objectif originel, celui de donner des couleurs et du goût à l’automne ! Certes, il n’y aura pas de célébrations ni de défilés endiablés, mais le plaisir de goûter un vin jeune, croquant et charmeur, qui permet de patienter avant l’arrivée des vins de garde du printemps.

Le Beaujolais Nouveau : une histoire à succès

L’histoire officielle commence en 1951 lorsque l’administration française décide que « certains vins à appellation contrôlée » peuvent être commercialisés avant la date légale (le 15 décembre jusqu’alors). Le Beaujolais Nouveau est né. La date, le troisième jeudi du mois de novembre, a été fixée quant à elle en 1985 seulement. 

Synonyme de fête et de convivialité à la française, le Beaujolais Nouveau est aujourd’hui célébré dans le monde entier : en France bien sûr, où il débarque dans tous les bistrots et caves du pays et donne lieu à de multiples festivités, mais aussi aux États-Unis, en Allemagne, ou encore au Japon où des bains géants de Beaujolais sont organisés… Près de la moitié des bouteilles est destinée à l’export.

Mais qu’a-t-il de particulier ce Beaujolais Nouveau ?

Le Beaujolais Nouveau est un vin primeur : il est mis en vente juste après sa vinification (un à deux mois seulement après la fin des vendanges) alors que la plupart des vins ont besoin de plusieurs mois, voire des années, pour vieillir.

Il est bien sûr produit dans le vignoble du Beaujolais, au sein des appellations d’origine contrôlée Beaujolais et Beaujolais-villages et il est issu, contrairement à de nombreux vins, d’un seul cépage, le gamay noir à jus blanc. Un bel avantage pour accélérer la production.

Autre curiosité : la vinification, unique en son genre. Les vendanges, tout d’abord, doivent être manuelles obligatoirement, puis le raisin est encuvé en grappes entières, ce qui permet de donner au vin son caractère fruité. La macération ne dure quant à elle que quatre jours. Un processus express !

Mais d’où viennent alors ces goûts de banane ou de bonbon qui le caractérisent parfois ? Ces arômes proviennent d’une levure naturelle spécifique ajoutée au moût lors de la fermentation alcoolique.

Comment déguster son Beaujolais Nouveau ?

Le Beaujolais Nouveau est un vin de plaisir, gouleyant et croquant. Il n’est pas un vin de garde, c’est pourquoi il est préférable de le consommer dans les 6 mois.

Il accompagne très bien les plats de charcuterie, les fromages de la région (un Saint-Marcellin ou un Saint-Félicien) ou encore vos premiers barbecues de l’année !

Alors, vous êtes prêts à dégainer vos tire-bouchons ?

En attendant le coup d’envoi, mercredi 18 novembre à minuit, voici quelques belles expressions du Beaujolais qui produit aussi de grands vins de garde !

 TAGS:Jean Foillard Morgon Vielles Vignes Côtes du Py 2018

Jean Foillard Morgon Vielles Vignes Côtes du Py 2018

Jean Foillard est adepte d’une viticulture biologique, mais aussi d’une vinification naturelle. La fermentation semi-carbonique traditionnelle se fait avec des levures indigènes, et des ajouts de soufre minimes ou inexistants.

 TAGS:Domaine Olivier Merlin Moulin À Vent 2015

Domaine Olivier Merlin Moulin À Vent 2015

Élevé en fûts de bois pendant 18 mois, il offre des arômes délicats de fruits noirs, d’épices et de poivre.

Articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire