Benjamin Kuentz, éditeur de whisky français, nous parle de sa dernière création en collaboration avec Drinks&Co

Par Lili Coustenoble

À l’occasion de la sortie du whisky Les grains et le pépin créé par la Maison Benjamin Kuentz en collaboration avec Drinks&Co, nous avons pu poser quelques question à cet artiste qui transforme l’orge en spiritueux haut de gamme, de véritables bijoux gastronomiques qui s’adressent autant aux néophytes qu’aux amateurs confirmés.

Qui êtes-vous Benjamin Kuentz ? Pouvez-vous vous présenter brièvement ? 

Je m’appelle Benjamin Kuentz, j’ai 44 ans, et je suis éditeur de whisky français. J’ai créé ma Maison en 2016 après avoir travaillé plus de 12 ans dans les spiritueux afin de répondre à la question : « Et si les français avaient inventé le whisky ? »

D’où vient votre passion pour le whisky ?

J’ai toujours apprécié déguster un whisky. Une des chances que nous avons d’être français, c’est que nous sommes nés dans le pays du goût et de la gastronomie. L’un des principaux  héritages que nos parents nous transmettent c’est le goût des bonnes choses, savoir apprécier tout ce qui entoure ou accompagne un repas, dont, évidemment, les vins et les spiritueux

Ma grand-mère, ma mère et mon père étaient amateurs de whisky et m’ont certainement transmis le goût du Malt, de manière « platonique » je dirai, avant que je ne fasse ma propre initiation. En grandissant, je suis partie faire mes études à Montréal. Là-bas, il y a 20 ans, je fréquentais un pub écossais nommé l’Île Noire qui avait une carte de whiskies fabuleuse et qui proposait des dégustations de whiskies auxquelles j’assistais tous les mois. Depuis, quelle que soit l’occasion, mon palais a toujours préféré l’eau de vie de céréales à d’autres spiritueux. 

Pour vous, quelle est la chose la plus importante dans l’élaboration d’un whisky ? 

Pour moi, c’est la dernière étape qui est la plus importante pour l’élaboration d’un whisky : celle de l’assemblage. C’est l’étape trop souvent oubliée ou méconnue. Un Single Malt est un whisky fait avec 100% d’orge maltée et provenant d’une seule distillerie, certes, mais c’est aussi et surtout le résultat d’un assemblage de plusieurs fûts au sein de cette distillerie (sauf si c’est un Single Cask). Cet assemblage de fûts est essentiel pour trouver l’équilibre et la souplesse que je recherche dans un whisky et qui font toute la différence à la dégustation. Finalement, on peut comparer ce travail d’assemblage à celui d’un chef qui va choisir la cuisson et l’assaisonnement parfait pour sublimer les produits qu’il a choisi de cuisiner. 

Les grains et le pépin
Crédit photo : William Beaucardet

Vous dîtes que la première étape d’élaboration d’un whisky, pour vous, c’est la recette. Quelle est la recette du whisky Les grains et le pépin ? 

En effet, mon point de départ pour créer un whisky, ce n’est pas la distillation mais c’est l’écriture. L’écriture de la recette. Pour Les grains et le pépin, il fallait écrire un whisky atypique, audacieux et frais. Il fallait un whisky vif et appétant, un whisky jeune, peu marqué par le bois, qui réveille les papilles et se positionne sur le haut du palais. Cette création, c’est aussi un vent de fraîcheur sur l’appellation, s’éloignant des vieillissements classiques et de la lourdeur des codes. 

Pouvez-vous nous détailler le processus d’élaboration de ce whisky. 

Pour Les grains et le pépin, nous voulions créer un whisky qui reflète l’esprit de l’équipe Drinks&Co. Nous avons donc d’abord questionné l’ensemble des équipes sur plusieurs sujets et leur avons demandé de répondre à un cadavre exquis pour nous aider à saisir l’âme que nous devions donner à ce whisky.

Il en est ressorti plusieurs dominantes nous permettant d’écrire les aromatiques que nous allions retenir pour cette recette. Ensuite, nous avons sélectionné plusieurs affinages qui réunissaient les aromatiques souhaitées et nous les avons proposés aux équipes Drinks&Co. A l’unanimité, l’affinage retenu a été un jus charentais, primaire, gourmand et céréalier, affiné dans un fût de calvados du Père Jules. On croque la pomme, les fruits à noyaux. La céréale rafraîchit et la rondeur en bouche réconforte. C’est une eau de vie originale, souple, et ô combien accessible !

Comment s’est passée la collaboration avec Drinks&Co ? 

Magnifiquement bien. L’équipe reflète bien la qualité de l’offre et l’accueil chaleureux que l’on rencontre au Drinks&Co Store Paris. C’était un échange entre passionnés, très professionnel et engagé à la fois, avec une envie d’audace et la volonté de surprendre avec une cuvée à part. 

Le vieillissement en anciens fûts de calvados, c’est une première pour votre maison. Êtes-vous satisfait du résultat ?

Oui c’est une première et j’en suis très satisfait. Les notes de fruits du verger sont des aromatiques que l’on retrouve régulièrement dans les whiskies et cet affinage permet d’accentuer la fraîcheur souhaitée pour ce single malt. Les fûts sélectionnés sont de très grande qualité (Maison Père Jules) et assurent un excellent affinage. 

Whisky les grains et le pépin
Crédit Photo : William Beaucardet 

Si vous deviez décrire Les Grains et le Pépin  en 3 adjectifs, lesquels choisiriez-vous ?

 Fruité, décomplexé et accessible. 

Vous recommanderiez ce whisky pour des néophytes ? 

Oui totalement,  c’est un whisky facile d’accès, qui peut plaire au néophytes tout en continuant à donner du plaisir aux amateurs confirmés. Ce n’est pas un whisky de démonstration, il permet donc de répondre à une multitude de moments de consommation. On peut le servir à tout le monde, ou presque, pour des moments de partage et de convivialité. C’est un whisky très frais et léger, avec des notes de pommes juteuses apportées par l’affinage en ex-fût de Calvados. Sa finale est élégante et légère, pas trop puissante pour rester très délicate. 

Comment a été choisi le nom Les Grains et le Pépin ? Qu’est-ce que cela signifie ? 

Pour chaque création, je cherche à trouver le nom qui reflète l’esprit que l’on trouvera dans la bouteille. Je travaille avec une plume qui m’accompagne pour trouver  le nom idéal. J’ai transmis plusieurs propositions à l’équipe Drinks&Co qui a finalement choisi celui-ci . 

Ce nom illustre parfaitement l’audace de ce whisky et le fruité exceptionnel qu’on y retrouve. Cela évoque un peu un pépin de pomme perdu au milieu des grains d’orge : une association détonante ! 

Quel accord conseilleriez-vous avec ce whisky ? 

J’essaierais bien ce whisky sur un bleu d’Auvergne. Il est possible que ce soit un bel accord par contraste. Sinon, j’aime beaucoup le cocktail* qu’a imaginé l’équipe du bar du Drinks&Co Store Paris. Je trouve que cela se marie très bien avec Les grains et le pépin, mettant l’accent sur la saveur fruitée de ce whisky. 

* Ce cocktail s’appelle le Seed-Zuwari (photo ci-contre). Vous pouvez le retrouver à la carte du Drinks&Co Store Paris. Il s’agit d’un Highball de couleur translucide dans lequel le whisky a subi un « fatwash » de pistache (méthode d’infusion) et est allongé d’un hydrolat d’estragon. 

Cocktail Seed-Zuwari
Crédit Photo : William Beaucardet

En regardant votre offre de whiskies, on s’aperçoit que vous aimez aller toujours plus loin dans la recherche d’arômes nouveaux, de procédés d’élaboration… Quel est le prochain whisky que vous rêveriez de créer ? 

J’aime bien créer des whiskies en m’inspirant de rencontres, comme la rencontre avec les équipes Drinks&Co. Cela me donne un cadre, et finalement une contrainte, qui apporte un fil conducteur à mes créations. Pour un prochain whisky, j’aimerai pouvoir travailler avec de nouvelles distilleries partenaires qui travaillent d’autres céréales que l’orge. Cela me permettrait  d’explorer d’autres bases aromatiques pour répondre à mes recettes. Affaire à suivre…  

Retrouvez le whisky Les grains et le pépin en exclusivité sur Drinksco.fr et au Drinks&Co Store Paris, situé au 106 bis rue Saint-Lazare, dans le 8ème arrondissement.

Crédit Photos : William Beaucardet

Laissez un commentaire